Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Agiport, Agence immobilière PORNICHET 44380

L'actualité de CENTURY 21 Agiport

PLF 2014 et Immobilier

Publiée le 21/12/2013

Après l'adoption définitive jeudi du projet de loi de finances (PLF) pour 2014, le gouvernement a désormais les yeux rivés sur le budget 2015. Avec une priorité: réduire les dépenses publiques de plus de 15 milliards, pour tenir l'engagement deJean-Marc Ayrault d'une baisse de 50 milliards de 2015 à 2017. Désireux de montrer qu'il passe la vitesse supérieure, l'exécutif a annoncé mercredi à l'occasion du quatrième comité interministériel de la modernisation de l'action publique (Cimap) des pistes pour dégager 5 à 7 milliards d'euros d'économies à l'horizon 2017. Mais pour l'échéance de 2015, le premier ministre a parallèlement demandé à chaque ministre de proposer des coupes dans les dépenses. Pour accélérer le processus, Bernard Cazeneuve entamera dès janvier, au lieu de mars habituellement, des négociations qui s'annoncent serrées avec certains ministres. Le principe qui prévaut: «demander d'autant plus d'économies qu'une politique est moins efficiente» dans un domaine, explique le ministre du Budget.

Bercy semble particulièrement déterminé à trouver de nouvelles économies sur le logement. Le ministre du Budget cible notamment l'enchevêtrement des dispositifs de défiscalisation en faveur de l'investissement immobilier locatif (Périssol, Besson, Robien, Borloo, Scellier et désormais Duflot…). Autant de dispositifs - dont le coût devrait dépasser 1,5 milliard en 2014 (après 1,6 milliard en 2013), selon le rapport du député PS Christophe Caresche - que le Cimap, qui souhaite que «chaque euro dépensé soit un euro utile», entend d'ailleurs «rationaliser», sans remettre en cause l'objectif de construire 500.000 logements neufs par an d'ici à la fin du quinquennat.

Un coût de plus de 40 milliards

Il faut dire qu'il y a du grain à moudre. L'ensemble des dépenses fiscales - qui comprennent aussi les réductions de TVA ou les prêts à taux zéro - dans le domaine du logement est estimé à 14,3 milliards d'euros pour l'an prochain, contre 15,5 milliards en 2013. Quant au total des dépenses de l'État en faveur du logement (qui incluent aussi notamment les aides personnelles au logement), il atteindra 39,5 milliards en 2014 et même 41,3 milliards si on intègre les contributions des collectivités locales.

Inquiet déjà du risque de dérive de la garantie universelle des loyers (GUL) du projet de loi sur le logement de Cécile Duflot, le gouvernement a obtenu pour le budget 2014 un amendement pour la recentrer et réduire son coût à 400 millions d'euros par an à terme.

Dans le domaine de la santé, où Bercy a également identifié des gisements d'économies, le Cimap préconise sans surprise de développer le recours à la chirurgie ambulatoire et aux médicaments génériques. Les collectivités locales, qui verront déjà la dotation de l'État baisser de 1,5 milliard en 2014 et 2015, sont également dans le viseur de Bercy. Il s'agit de réfléchir à des économies qui pourraient être dégagées grâce à une meilleure coordination et à des mises en commun de dépenses. Dernière piste d'économie à laquelle réfléchit le ministère du Budget: travailler à des rapprochements au sein des 550 opérateurs de l'État (comme le CNRS ou Météo France).

Notre actualité