Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Agiport, Agence immobilière PORNICHET 44380

L'actualité de CENTURY 21 Agiport

Le programme immobilier des principaux candidats s’ils sont élus

Publiée le 22/04/2017

RÉCAP IMMO - À une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, Le Figaro Immobilier vous propose de réécouter en vidéo les mesures-phare des principaux candidats détaillées par leur conseiller interrogé par le Club Immo Explorimmo/Le Figaro.

• Fillon veut desserrer les freins qui bloquent l’immobilier

«Il faut libérer les énergies plutôt qu’instaurer des contraintes», affirme Olivier Carré, conseiller de François Fillon. Parmi les «contraintes», le député LR d’Orléans pointe du doigt l’encadrement des loyers qui, selon lui, «bloque l’investissement et la remise en état de nombreux logements». Parmi les autres mesures phare, la création d’un bail à loyer modéré homologué qui, outre les avantages fiscaux, fera tout pour prendre en compte les gens les plus modestes dans le dispositif. «La solvabilité du locataire sera assuré», affirme Olivier Carré.

Enfin, côté fiscalité, on retiendra que le candidat LR, après avoir envisagé une suppression puis une baisse des droits de mutation (ou frais de notaire), réfléchirait à faire en sorte qu’ils ne soient payés qu’une seule fois pour toutes. «Il faudrait que cela devienne un acquis et lorsqu’un particulier change de logement, il ne paye pas une seconde fois les droits de mutation», explique Olivier Carré.

 

• Macron veut redonner confiance aux propriétaires bailleurs

S’il y a bien un candidat qui a fait parler de lui sur la «planète immo», c’est bien Emmanuel Macron. Le candidat En Marche!, s’il est élu, a annoncé qu’il supprimerait la taxe d’habitation pour 80% des ménages. Une mesure qui a suscité la colère des collectivités locales qui se verraient privées d’une manne financière importante. En outre, elle ne satisfait même pas les propriétaires qui devraient se réjouir de ce gain de pouvoir d’achat. «C’est un leurre qui mettra en danger les finances des collectivités territoriales», répond Jean Perrin, président de l’UNPI, fédération qui défend les propriétaires.

» Lire - Taxe d’habitation: Macron veut exonérer 80% des Français

Enfin, Emmanuel Macron veut faire de l’ISF un «impôt sur la rente immobilière». Là encore, l’ancien ministre de l’Économie s’est attiré les foudres des propriétaires qui se disent «choqués» d’être considérés comme des rentiers. Le président de l’UNPI qui a rencontré cette semaine le conseiller d’Emmanuel Macron affirme qu’«Emmanuel Macron pourrait revoir sa position si cette mesure provoque un trop grand déséquilibre sur le marché immobilier».

» Lire - Fiscalité immobilière: le coup de gueule des propriétaires contre Macron

 

• Marine Le Pen veut réserver les logements sociaux aux Français

«Patriotisme, liberté, proximité». C’est par ces trois «révolutions» que Marine Le Pen compter faire de la France un pays «beaucoup plus équilibrée dans ses territoires», selon les termes de son conseiller Mikaël Sala. La priorité? «Réserver l’attribution des logements sociaux aux Français».

Il évoque aussi un dispositif d’aide de financement pour les locataires qui souhaitent devenir propriétaires de leur logement dans le parc HLM. En faveur des jeunes, l’un des projets phares est de revaloriser de 25% les APL et de construire massivement des logements pour les étudiants. Enfin, Marine Le Pen promet une baisse de 10% des droits de mutation «afin de fluidifier le marché», une baisse de la taxe d’habitation pour les Français les plus modestes et «encourager le PTZ dans la rénovation énergétique.

 

• Mélenchon veut étendre et renforcer l’encadrement des loyers

C’est l’une des principales mesures du candidat de la France Insoumise. Après Paris (depuis près de deux ans) et Lille (depuis un peu plus de deux mois), Jean-Luc Mélenchon, s’il est élu président de la République, envisage d’étendre à d’autres villes l’encadrement des loyers. L’idée serait de faire reculer les loyers médians de 20%, ce qui équivaudrait à une baisse des loyers de 40 %, selon les spécialistes de la fondation Abbé Pierre. En contrepartie, dans le but de sécuriser les bailleurs, le candidat à la présidentielle veut instaurer une véritable garantie universelle des loyers.

» Lire aussi - L’encadrement des loyers ne doit pas se limiter à une expérimentation à Paris et Lille

Autre proposition phare: encadrer le montant des transactions au-delà d’un million d’euros. «Une taxe progressive sera instaurée. Elle devrait rapporter 5 milliards d’euros et financer la garantie dignité», annonce Leila Chaibi, la conseillère logement de Jean-Luc Mélenchon. Le candidat table aussi sur la construction de 200.000 logements publics par an, la rénovation de 700 000 logements et le renforcement de la loi SRU.

 

• Hamon compte taxer les logements au-delà de 10.000 euros le m2

À l’instar de Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon veut éviter une «spéculation immobilière». C’est ainsi qu’il entend taxer les logements au-delà de 10.000 euros le m². Le candidat socialiste à l’élection présidentielle envisage de financer le logement social et l’hébergement d’urgence grâce à une «contribution de solidarité urbaine» assise sur les biens haut de gamme. «A Paris, certains quartiers ont des prix excessivement élevés et constituent un ghetto par le haut. L’idée est que de manière proportionnelle, soit instaurée une taxe complémentaire. A 10.000 euros le m2, on ne paierait rien, à 11.000 euros le m2, on paierait environ 0,9% du prix de la transaction etc», explique Daniel Goldberg, co-rapporteur de la loi Alur et du budget logement et conseiller de Benoît Hamon.

» Lire aussi - Logement: Hamon veut une supertaxe au-delà de 10.000 euros le m²

Benoit Hamon promet d’élargir le dispositif d’encadrement des loyers à toutes les zones tendues du pays, «à savoir les 13 métropoles françaises tout en donnant plus de moyens pour les contrôles mais aussi pour les recours des locataires.» Pour l’Ile-de-France, il est favorable à une extension sur toute la métropole et pas uniquement sur la ville de Paris.

L’encadrement du métier d’agent immobilier, le doublement des taxes sur les logements et bureaux vacants ou encore une aide à la pierre d’un milliard d’euros par an sur le prochain quinquennat font également partie de ses priorités.

Notre actualité