Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Agiport, Agence immobilière PORNICHET 44380

L'actualité de CENTURY 21 Agiport

STX. Fincantieri se déplacera à Saint-Nazaire en février

Publiée le 28/01/2017

Le repreneur potentiel du chantier naval français s’apprête à venir rencontrer sur place les salariés. Ce sera avant la mi-février.

Les choses se précisent un peu dans le dossier de reprise du chantier naval STX de Saint-Nazaire par son concurrent Fincantieri. L’industriel italien s’apprête même à rencontrer les syndicats à Saint-Nazaire pendant la seconde semaine de février. L’objectif est de « répondre aux questions concernant la stratégie industrielle du nouvel ensemble, les relations sociales et la joint-venture de Fincantieri en Chine, », indique une source proche du dossier.

Sur ce dernier point, cette même source veut rassurer : « Cette joint-venture concerne exclusivement la construction de deux navires de croisière en direction du marché chinois, et n’implique aucun transfert technologique, de compétence, ni aucune participation capitalistique croisée entre les maison-mères. Les emplois de STX France ne sont donc en rien menacés par cette joint-venture. »

Une volte-face de DCNS ?

Dans le même temps, c’est du côté de DCNS que les choses semblent se compliquer. Selon le journal La Tribune, la venue de l’industriel français dans le tour de table n’est plus aussi claire que ce qui a pu être dit.

Le spécialiste des navires militaires qui défend une consolidation européenne du secteur aurait aimé une prise de participations croisées avec Fincantieri. Il a même donné un nom à ce projet : Magellan. 

Or, selon le quotidien économique, l’État veut dissocier les deux dossiers : celui de STX avec l’entrée de DCNS dans le capital pour accompagner l’État, et Magellan. Un grain de sable qui pourrait sérieusement perturber la négociation en cours entre les différentes parties.

Notre actualité