Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Agiport, Agence immobilière PORNICHET 44380

L'actualité de CENTURY 21 Agiport

Conseil Municipal agité

Publiée le 10/06/2015
Un incident s’est produit hier au conseil municipal de Pornichet lorsque Jacques Corneti posa des questions sur le dossier de la SPL. Le maire de Pornichet visiblement agacé a répondu très sèchement à son ancien adjoint aux finances qu'il a démis il y a quelques semaines*.

Le gros dossier du conseil municipal était la constitution d’une SPL Société Publique Locale pour regrouper les activités de l’Office du Tourisme et de l’Hippodrome SEM afin d’avoir un seul acteur au service du développement touristique, et de mutualiser les moyens entre les différentes structures. Voir :http://www.pornichet-infos.fr/pornichet-tourisme-creation-d-une-spl-25-28-1437.html.


Pour Jacques Corneti il y avait mieux à faire qu’une SPL car cette structure juridique « met à l’écart les acteurs économiques, la décision finale appartiendra toujours au monde politique la SEM permet un plus grand champ d’action  en permettant la participation de 15% des acteurs économiques dans le capital».
Retour sur une rupture 
Le maire de Pornichet répondit à son ancien adjoint sur un ton qui en disait long de leurs relations. 
« - Monsieur Corneti vous avez décidé de ne pas faire partie de l’équipe majoritaire »
 - vous m’avez viré !
 - je vous ai dit qu’il valait mieux que nous nous séparions, ce soir vous apportez la preuve que vous n’êtes pas capable de travailler en équipe, je suis très satisfait que vous ne fassiez plus partie de l’équipe majoritaire »
 termina Jean-Claude Pelleteur dans une salle où on entendait voler les mouches entre quelques rumeurs de désapprobation dans le public.
Le patron de l’entreprise Pornichet avait dit ce qu’il avait à dire.

Frédéric Trichet (opposition Belliot) acquiesça sur le regroupement nécessaire mais regretta la forme« cela fait plus d’un mois que l’on parle de ce dossier dans la presse. Nous ne sommes pas une chambre d’enregistrement. »

Conserver la compétence tourisme

La nouvelle SPL devrait comporter plusieurs actionnaires : la Région, le Département, la CARENE sont prêts à rentrer au capital précise le Maire de Pornichet qui a également fait une proposition dans ce sens à Yves Métaireau président de Cap Atlantique et maire de La Baule. « Il est possible qu’il se décide, il y a des choses à faire. Pour l’instant le choix de Métaireau n’est pas de rentrer dans la SPL » a souligné le maire de Pornichet.
Ce dernier ajouta que son initiative « n’est pas innocente » par rapport aux projets gouvernementaux de retirer la compétence tourisme aux communes au profit des communautés urbaines. « Nous sommes attachés à ce que les Offices du Tourisme restent aux communes » conclut le maire de Pornichet.

Conseil express

La Ville tente de renégocier l’emprunt en franc suisse souscrit en 2004 sur la base d’un taux fixe bonifié de 3,35% « il ne s’agit pas d’un emprunt dit '' toxique ' car il ne comporte pas de taux variable ni d’effet ''boule de neige" mais cet emprunt reste soumis au risque de change lié à la parité euro/franc suisse. La banque centrale suisse ayant décidé fin janvier 2015 de ne plus soutenir cette parité, cela a eu pour conséquence d’augmenter le coût de l’emprunt estimé de 45 000 euros. Afin de sécuriser cet emprunt et de le libeller en euros, la Ville de Pornichet a entamé des négociations avec l’organisme prêteur.

Le maire a demandé que les frais de représentation prévus à hauteur de 10 000 euros soient supprimés car il n’a pas eu recours à cette indemnité depuis son élection.

 

Notre actualité